Les sanctions contre l’Iran obligent Bagdad à l’équilibrisme

Des Iraniens traversent la frontière irakienne, le 4 novembre à Shalamcheh.

Au sein des équipes chargées des négociations à Bagdad sur les sanctions américaines contre l’Iran, rétablies lundi 5 novembre, on pèse ses mots à l’évocation de ce dossier « sensible ». La décision de l’administration Trump de concéder des dérogations – non pas sur le pétrole, dont l’Irak est le second producteur mondial, mais sur les importations de gaz, d’électricité et de produits alimentaires de l’Iran voisin, selon des responsables irakiens – est un soulagement.

« Les Etats-Unis nous ont accordé ces dérogations après deux mois d’intenses discussions diplomatiques car, sans ces importations, l’Irak serait dans une situation compliquée. On ne peut pas se permettre d’être pris dans un conflit entre l’Iran et les Etats-Unis », a confirmé au Monde Moudher ­Salih, conseiller financier auprès du premier ministre. « Les Etats-Unis nous ont envoyé un très bon signal », abonde une source proche des négociations.

Alors que les modalités sont toujours en discussion, les responsables irakiens répètent leur intention de respecter scrupuleusement le régime de sanctions. La Banque centrale finalise avec les autorités américaines un mécanisme spécial pour le paiement des importations exemptées. « Un compte en banque dédié sera accueilli à la Banque centrale, indique la source proche des négociations. Il a été décidé que l’argent irait au bénéfice des Iraniens sans être versé à des entités iraniennes. Cela peut être des paiements aux créanciers de l’Iran, des échanges en nature ou des fonds alloués aux pèlerins iraniens en Irak. Les paiements s’effectueront au cas par cas, après accord des autorités américaines, ce qui rend le mécanisme assez lourd. »

« Plaire aux Etats-Unis »

Le rétablissement des sanctions américaines contre l’Iran et l’escalade verbale qui l’accompagne forcent de nouveau Bagdad à un jeu d’équilibriste entre ses deux alliés stratégiques. Sur le plan économique, les importations…

Continuer à lire sur site d’origine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :