Au procès des militants ayant aidé des migrants à Gap, « on a parlé de tout sauf des faits »

Le procureur a requis de six à douze mois de prison, dont quatre mois ferme pour deux des sept prévenus. Continuer à lire sur Le Monde

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :