Woody Guthrie, un homme de paroles

Documents,
préfaces, notes originales, dédicaces de Woody Guthrie (photo Robin Carson) refont
surface. Pour l’édification des masses populaires (et notre
émerveillement), l’influence du compositeur-interprète américain
reste vive.
Cette
machine tue les fascistes,
la métaphore tamponnée par Woody Guthrie (1912-1967) sur la caisse
de sa guitare sèche (ou collée sur une autre), a été adoptée
comme symbole majeur par les peuples qui luttent contre
l’oppression. Elle contribue au culte autouContinuer à lire sur Libération

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :