Et si on s’attachait davantage à la sangsue ?

Stop au délit de sale gueule. Quand on daigne s’intéresser à elle, la sangsue se révèle aussi séduisante qu’une coccinelle ou un papillon. Et en prime, elle a même de supers pouvoirs : elle guérit.Continuer à lire sur Libération

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :