Oreilla : la commune la plus meurtrie de France commémore le centenaire de la Grande Guerre

Oreilla, France

C’est pour rendre un hommage aux soldats qui ne sont jamais rentrés du front, qu’une centaine de personnes s’est rassemblée sur le parvis de la petite église d’Oreilla (Pyrénées-Orientales), ce samedi matin.

La petite commune du Conflent est considérée comme la plus meurtrie de France en proportion : 18 jeunes sont morts au combat, alors que le village ne comptait, en 1914, que 138 habitants. Un bilan très lourd, quatre fois supérieur à la moyenne des autres communes françaises. 

Le maire d’Oreilla, Sauveur Cristofol, et le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Chopin, ont notamment pris la parole. Des enfants de la commune ont ensuite lâché 18 ballons, un pour chaque poilu oreillanais mort pour la France.

Un village touché en plein cœur 

« La Grande Guerre a tué le village, raconte Sauveur Cristofol, tous ces jeunes se seraient mariés, et auraient eu des enfants qui auraient grandi dans le village. Nous ne sommes plus que 24 habitants aujourd’hui à Oreilla, nous pourrions être des centaines. Sans compter toute l’activité économique qui a disparue. »

Le petit village a été frappé en plein cœur, amputé de tous ses savoirs-faire. Le seul médecin, le seul forgeron, le seul curé et de nombreux agriculteurs sont morts pendant la guerre.  

Le cimetière où reposent les poilus originaires d'Oreilla morts au combat - Radio France
Le cimetière où reposent les poilus originaires d’Oreilla morts au combat © Radio FranceSébastien Cabrita dos Santos

Continuer à lire sur site d’origine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :