Histoire d’une chanson : « Ne me quitte pas » de Jacques Brel

Ne me quitte pas est la toute première chanson légendaire de Jacques Brel, après plusieurs années difficiles à essayer de percer dans le métier. Avec cette lettre d’amour en forme de supplique, Brel a pris un risque, et voilà que le triomphe est au rendez-vous. Pour lui, l’aventure musicale a vraiment commencé aux Trois Baudets, à Paris, grâce au producteur Jacques Canetti. Brel propose cette fois un chef d’œuvre probablement inspiré par quelques notes du compositeur Franz Liszt mais aussi par l’oeuvre Domaine public, du poète Robert Desnos et du Journal d’un écrivain, de Dostoïevski. Il en fait une synthèse à sa manière dans Ne me quitte pas.

Brel a été critiqué et même censuré. Quand Barbara reprend cette chanson, elle modifie les paroles. « L’ombre de ton chien » devient « l’ombre de ton ombre ». Et la chanson va encore changer de texte pour l’interprète Simone Langlois qui transforme « un roi » en « reine ». Chahutée dans son texte et sujette aux questions, cette chanson fut-elle inspirée à Brel par sa maîtresse Suzanne Gabriello ? Il l’avait démenti, comme le fait sa fille France aujourd’hui. « Mon père n’a pas fait de chansons précisément pour des personnes« , affirme-t-elle.

Ainsi cette chanson garde une part de mystère qui a contribué à en faire une oeuvre culte. Elle a été reprise par plusieurs grands artistes parmi lesquels Nina Simone. Cette chanson a lancé la carrière de Jacques Brel et forgé sa légende. Depuis sa création, Ne me quitte pas est chantée dans 15 langues à travers le monde.

Le JT

Les autres sujets du JT

Continuer à lire sur site d’origine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :