Mystère des enfants nés sans main ou sans bras : le rapport de Santé publique France attendu ce jeudi

C’est un rapport très attendu que doit remettre ce jeudi matin Santé publique France. L’agence nationale de santé publique doit rendre ses conclusions sur le phénomène qui touche trois communes en 10 ans : des enfants sont nés avec des anomalies des membres supérieurs

Plus d’une dizaine de cas dans toute la France

Les premiers cas sont signalés en 2011 dans l’Ain autour du village de Druillat, sept bébés sont nés sans bras ou sans main. Une fréquence hors norme (France 2 L’Œil du 20 heures), le nombre de cas de malformations, rapporté au nombre de naissances, est 50 fois plus élevé que la normale. 

Trois ans plus tard, trois nouveaux cas sont recensés en Loire-Atlantique,  autour de Mouzeil, une petite commune située à 15 kilomètres de Nantes. Et en 2015, c’est en Bretagne cette fois, que les autorités sanitaires sont alertées de la présence de nouveaux nés souffrant de la même malformation signale  France Bleu Breizh Izel.

« Ça a été un choc, j’ai beaucoup pleuré »

A Guidel près de Lorient, entre 2011 et 2013, c’est l’une des mères, médecin, qui a alerté les autorités sanitaires. Isabelle Taymans-Grassin se souvient très précisément de ce jour de juin 2012 où elle découvre le handicap de sa fille, le jour même de sa naissance, à la maternité de Lorient. _ »Ça a été un choc. J’ai beaucoup pleuré. La grossesse s’était  pourtant parfaitement bien passée, rien n’avait été détecté à l’échographie » confie-t-elle à_ France 3 Bretagne.

Ils sont venus voir dans le jardin, mais on jamais eu d’information »

Une enquête a été diligentée, des questions ont été posées aux familles sur leurs habitudes alimentaires, les médicaments, les produits d’entretien utilisés dans le foyer. Les parents de la petite Aliénor, âgée aujourd’hui de 5 ans, Tiphaine et Samuel Bernard ont aussi reçu la visite des autorités sanitaires. « Ils sont venus à la maison. Ils étaient deux, ils voulaient voir dans quel environnement on vivait. Ils sont venus dans le jardin […] en bordure du champs. Nous, on a jamais eu d’information avec le monde médical. On a toujours eu dans un coin de la tête ces questions. Est-ce qu’il y a une cause extérieure à la malformation d’Aliénor ». Des causes extérieures comme l’emploi de pesticides auxquels auraient pu être exposées les mamans pendant leur grossesse. C’est la thèse défendue par certains épidémiologistes selon l’enquête de Franceinfo.

« Ça ne s’est jamais passé dans l’histoire des malformations »

Santé Publique France estime que la multiplication de ces enfants nés avec une anomalie est sans doute le fruit du hasard. Mais le Registre des malformations de Rhône-Alpes et sa directrice, l’épidémiologiste Emmanuelle Amar, conteste cette affirmation. _ »Exactement la même malformation, ça ne s’est jamais passé dans l’histoire des malformations« ,_ affirme-t-elle. Elle dénonce surtout le manque moyens consacré aux investigations. Les subventions du Registre des malformations en Rhône-Alpes, pourtant à l’origine de l’alerte  ont été supprimé par la région depuis la rentrée. Le Registre a appris qu’il risquait de perdre aussi celles de Santé publique France conduisant à sa fermeture d’ici la fin de l’année.

Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :