La France essaie de limiter les effets de la crise avec l’Iran

Jean-Yves Le Drian et Mohammad Javad Zarif à l’ONU, le 24 septembre.

Les autorités françaises veulent marquer le coup – pour affirmer qu’il n’est pas acceptable qu’un Etat, en l’occurrence l’Iran, tente de mener un attentat terroriste sur le territoire national –, tout en limitant les effets de la crise diplomatique avec Téhéran. La diplomatie tricolore se livre à un exercice de haute voltige. « L’attentat déjoué à Villepinte [le 30 juin contre un rassemblement des Moudjahidin du peuple] confirme la nécessité d’une approche exigeante dans nos relations avec l’Iran », a assuré, mardi 2 octobre, le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué signé avec ses collègues de l’économie, Bruno Le Maire, et de l’intérieur, Gérard Collomb, peu de temps avant la démission de ce dernier. Le texte dénonce un « acte d’une extrême gravité qui ne peut rester sans réponse ».

« Nous voulions des explications des autorités iraniennes et non pas des protestations d’innocence, car nous avons les éléments montrant leur implication », précise une source diplomatique française. La question a été « mentionnée » lors de la rencontre à New York entre Emmanuel Macron et le président iranien Hassan Rohani, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies.

L’affaire a été évoquée plus longuement lors des entretiens entre Jean-Yves Le Drian et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. Les explications demandées à Téhéran ne sont jamais arrivées. D’où la décision prise par Paris de mettre les accusations sur la place publique et d’annoncer les mesures de rétorsions alors qu’à Téhéran, le porte-parole du ministère des affaires étrangères dément toute implication. « S’il y a malentendu à propos d’une chose qui n’existe pas ou ourdie par d’autres, nous pouvons nous asseoir et en parler », a-t-il déclaré.

Paris a décidé le gel des avoirs de la direction de la sécurité intérieure du ministère iranien du renseignement et de deux ressortissants iraniens….

Continuer à lire sur site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :