« Un coup de projecteur indiscutable » : la rotonde ferroviaire de Montabon mise sur le Loto du patrimoine

Le tirage du super Loto « Mission patrimoine » doit permettre de soutenir et sauver plusieurs monuments historiques en péril. Parmi les 18 sites retenus, la rotonde ferroviaire de Montabon, dans la Sarthe.

C’est un entrepôt de 2 500 mètres carré, équipé d’un pont-tournant, qui servait à la maintenance des locomotives à vapeur. À l’abandon depuis 1954, la rotonde de Montabon, dans la Sarthe, fait partie des 18 sites emblématiques retenus pour bénéficier du super Loto « Mission patrimoine » dont le tirage est organisé vendredi 14 septembre, veille des Journées du patrimoine

Sur place, un groupe de passionnés tente de sauver le site qui était promis à la démolition. Depuis qu’ils savent qu’ils vont toucher 496 000 euros, ces amoureux du rail travaillent dans une tout autre ambiance. « On commençait un petit peu à désespérer de pouvoir refaire la rotonde », s’exclame une bénévole, qui a encore du mal à réaliser. 

La rotonde de Montabon et sa plaque tournante de 24 m. Un exemple du patrimoine ferroviaire du XIXe et XXe siècle.
La rotonde de Montabon et sa plaque tournante de 24 m. Un exemple du patrimoine ferroviaire du XIXe et XXe siècle. (SÉBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)

La somme correspond à 35 années de budget de l’association. De quoi envisager les premiers travaux, changer les rideaux métalliques complètement rouillés, remplacer les pierres de tuffeau qui s’effritent. Mais l’urgence est de colmater les trous dans la gigantesque toiture. « Quand il pleut dehors, il pleut aussi dans la rotonde. » 

« On a une grue à vapeur qui date de 1900 et dont il ne reste que deux exemplaires en France », détaille Chantal Duru, l’une des guides de la rotonde. « On a vraiment du matériel rare, et il faut qu’il soit protégé. La voiture-lit par exemple prend l’eau à un endroit. Mais à notre grand regret, elle ne peut pas être déplacée comme on veut. »

Un wagon-lit de l\'Orient Express, remisé dans la rotonde de Montabon.
Un wagon-lit de l’Orient Express, remisé dans la rotonde de Montabon. (SÉBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)

L’énorme wagon bleu aux compartiments spacieux est entreposé dans un coin du hangar. Jusqu’en 1971, Jean-Claude, 80 ans, l’un des bénévoles, était mécanicien sur ce qui s’appelait alors l’Orient Express. « On faisait Gare de l’Est à Paris jusqu’à Bâle, en Suisse. Ensuite, on partait à Istanbul… » Chantal Duru précise : « l’État s’est rendu compte de l’importance qu’il y ait, tous les 150 kilomètres, un dépôt de ce genre, de façon à alimenter en eau et en charbon les locomotives à vapeur ».

Depuis qu’elle a été sélectionnée par le Loto du patrimoine, la rotonde ne désemplit plus. Ce jour-là, une quarantaine de personnes sont en visite. « C’est un coup de projecteur indiscutable. On a eu des gens de Lyon, Nantes, de Hollande, d’Angleterre. L’an dernier, on avait fait 1 200 visites. En 2018, nous devrions en faire plus de 3 000. »

« Depuis qu’on a été choisi, la fréquence des travaux des bénévoles a augmenté », se réjouit Bruno Duru, le président de l’association. « C’est une vraie reconnaissance. Je suis moi-même présent quasiment tous les jours. On y met beaucoup plus d’entrain. »

\"Quand il pleut dehors, il pleut aussi dedans\", explique un des bénévoles qui entretient la rotonde de Montabon.
« Quand il pleut dehors, il pleut aussi dedans », explique un des bénévoles qui entretient la rotonde de Montabon. (SÉBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)

Les bénévoles fourmillent de projets. Une fois que les travaux du toit seront réalisés, ils aimeraient accueillir du public et créer un vélo-rail. La restauration complète du site est estimée à un peu plus de deux millions d’euros.

Continuer à lire sur site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :