Aregno : les solutions envisagées pour relancer la filière de l’amande

Grillée ou effilée, à Aregno, l’amande se déguste sous toutes ses formes. Avec 28 % de la production nationale, la Corse est la première région productrice d’amandes en France.

Pourtant, depuis quelques années, la filière s’essouffle. À Aregno, notamment, certaines exploitations sont laissées à l’abandon. « Il y a sept ou huit ans, on était allé récolter les amandes à Aregno. On les avait décoquées et on les avait mises en sacs. C’étaient les dernières, parce que les anciens nous expliquaient que les arbres n’ayant pas été entretenus, ils ne produiraient plus. C’est pour ça qu’il y a eu beaucoup moins d’amandes ici », raconte Axelle Claveau, artisan confiseur. 

Aregno : les solutions envisagées pour relancer la filière de l’amande
Intervenants – Axelle Claveau, artisan confiseur ; David Calassa, maire d’Aregno ; Philippe Andreani, président du foyer rural d’Aregno.
Equipe – Mathilde Guyenot ; Cassandre Dumain ; Jacques Antomarchi.

 

 

Produit local très demandé

Fruit emblématique des vergers du village, l’amande est célébrée chaque année. L’occasion de revaloriser un produit local très demandé. « C’était une vraie filière présente au début des années 1900 sur la commune, grâce au foyer rural, cette filière a été relancée depuis une trentaine d’années. On a bon espoir que ça reprenne un peu d’ampleur au niveau de la région », indique David Calassa, maire d’Aregno. 

Et pour relancer le marché, le foyer rural envisage de construire une casserie pour tous les producteurs corses d’ici à 2019. Car pour l’instant, les amandes sont transformées sur le continent, faute d’entreprise sur l’île. « L’objectif est de travailler en circuit court avec une casserie sur la commune. Les amandiers sont faits sur place et ça évite l’import de plans et l’entrée de maladies », souligne Philippe Andreani, président du foyer rural d’Aregno. 

En France, près de 30 000 tonnes d’amandes sont consommées chaque année. De quoi encourager les futurs producteurs corses à parier sur l’amandier. 

La suite sur le site d’origine

, ,
%d blogueurs aiment cette page :