Tour de France : Groenewegen remporte la 7e étape, Van Avermaet toujours en jaune

Le Néerlandais Dylan Groenewegen est sorti vainqueur, vendredi, à Chartres, du sprint qui a conclu la 7e étape du Tour de France au bout d’une longue journée de transition entre la Bretagne et la Beauce.

Dylan Groenewegen, vainqueur de l’étape des Champs-Elysées l’an passé en fin de Tour, a devancé les deux sprinteurs qui avaient accaparé les victoires depuis le départ, le Colombien Fernando Gaviria (2e) et le champion du monde, le Slovaque Peter Sagan (3e). Les Français Arnaud Démare (4e) et Christophe Laporte (5e) ont pris les accessits sur la ligne installée en faux-plat montant, au bout des 231  kilomètres.

Le maillot jaune est resté le bien du Belge Greg Van Avermaet (« GVA »), en tête du classement depuis lundi 9 juillet. « Tout le monde a plus ou moins apprécié cette étape (…). Aujourd’hui on était un peu plus relaxe et on a apprécié ce moment », a estimé « GVA », qui a confirmé son objectif : « Débuter l’étape des pavés (dimanche 15 juillet) avec le maillot jaune. »

 » C’était une étape ennuyeuse « 

Sa critique feutrée à l’égard de la longueur de l’étape – « On peut se demander si c’est bien nécessaire » – a été partagée par Peter Sagan. « C’était une étape ennuyeuse. Il faisait beau, pas de vent », a déclaré le champion du monde.

Le peloton s’est donc offert une pause à l’occasion de cette étape-type de transition, la plus longue du Tour. La journée s’est avérée tranquille pour les favoris du Tour. Hormis un première accélération en début de course et un coup de chaud, à moins de 100 kilomètres de l’arrivée, quand plusieurs équipes (AG2R La Mondiale, Trek, Movistar) ont brutalement accéléré.

Dans le final, le peloton n’a accéléré que dans les tout derniers kilomètres, à l’approche du sprint finalement dominé par Groenewegen, le plus puissant dans le faux-plat d’arrivée. Âgé de 25 ans, le Néerlandais s’est imposé pour la deuxième fois dans le Tour en trois participations.

Changement de génération

L’arrivée a souligné le changement de génération en train de s’opérer dans les sprints. Le Britannique Mark Cavendish (33 ans) et l’Allemand André Greipel (35 ans), qui ont longtemps trusté les succès dans les sprints du Tour, ont été une nouvelle fois battus.

Depuis le départ, Greipel a rivalisé surtout à l’arrivée à Sarzeau (3e de la 4e étape). Cavendish, qui a gagné à 30 reprises dans la Grande Boucle, n’a jamais été en mesure de lutter pour la victoire.

Samedi, la 8e étape conduit de Dreux à Amiens (181 km). Pour les sprinteurs, c’est la dernière occasion de la semaine, avant les pavés puis la montagne.

Avec AFP

Première publication : 13/07/2018

Continuer à lire sur site d’origine

,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :