Des personnels d’un Ehpad Orpea dénoncent des licenciements abusifs et des conditions de travail indignes

3 Passage Victor Marchand, Paris-13E-Arrondissement, France

Une trentaine de personnes s’est rassemblée ce mercredi devant l’un des éphad du groupe Orpea, la Résidence Saint Jacques, dans le XIIIè arrondissement de Paris, répondant à l’appel de la CGT afin de dénoncer des licenciements abusifs : trois salariés licenciés (un cuisinier économe, un plongeur et une aide-soigante) et 4 menacés de licenciement.  Le syndicat évoque également un manque de moyen (manque de gants, de couches, par exemple) et des conditions de travail de plus plus en dégradées. 

Le groupe français Orpea, est coté en bourse et  compte 700 établissements en Europe,  dont une trentaine en Ile de France. Et alors que sa réputation est entachée par plusieurs mouvements sociaux en France,  depuis quelques années,  son chiffre d’affaire a progressé de 19% en 2016,  et de 10% en 2017…

Guillaume Gobet, cuisinier et délégué syndical chez Orpea, fait ce constat amer : les groupes de privés lucratifs mettent une pression énorme auprès de leurs personnels afin d’avoir un taux de rentabilité qui n’est, non seulement plus tenable, mais pas possible dans un domaine comme la santé.

Ce n’est pas possible d’être rentable face à de la santé

Il n’y a pas un humain qui est pareil, aucune prise en charge ne se ressemble,  et il est impossible de mettre les gens dans des cases poursuit Guillaume Gobet qui craint de voir appraître des maisons de retraite lowcast.

Continuer à lire sur le site d’origine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :