Dessin de presse : une nouvelle formation à l’école des Arts Décoratifs

Marc Partouche © Béryl Libault de la Chevasnerie

A mi-chemin entre l’illustration et le journalisme, le dessin de presse est l’objet d’une formation inédite à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD).  Quelles raisons vous ont poussé à mettre en avant cette discipline ?

Cette initiative a vu le jour à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo. Le journal avait reçu de nombreux dons et envisageait alors de créer une fondation pour défendre le dessin de presse.  Cela ne s’est finalement pas fait, mais le ministère de la Culture a néanmoins jugé l’idée intéressante. Il a donc demandé à l’ENSAD et à l’Institut pratique de journalisme (IPJ) de Paris-Dauphine de travailler ensemble sur le rapport entre l’art, la presse et le dessin de presse, tant au niveau national qu’international. La formation « Dessin de presse / média international » représente l’aboutissement de cette collaboration. Constituée de cours théoriques, de conférences de rédaction et d’ateliers pratiques, elle couvre en 8 jours toutes les étapes de création mais aussi tout l’environnement du métier de dessinateur de presse.

Outre la découverte des mécanismes du dessin de presse par la pratique et l’échange, cette formation propose également une réflexion éthique sur l’humour, sur le journalisme et le graphisme. Pourquoi ce parti-pris ?

Le droit, la déontologie, les nouvelles écritures visuelles et le statut professionnel du dessinateur de presse sont des dimensions essentielles de ce métier ! La théorie enrichit ici la pratique. Il s’agit pour nous d’ancrer le dessin de presse dans le monde d’aujourd’hui : ses enjeux, ses dangers, ses potentialités… L’approche transversale que nous avons choisie est donc destinée à nourrir la réflexion des participants. 

© DR

Quels publics sont concernés par cet enseignement ?  Que souhaitez-vous qu’ils en retirent ?

La formation « Dessin de presse / média international » a été volontairement placée hors du cursus de notre école. C’est un choix mûrement réfléchi : cela nous permet de l’ouvrir aux étudiants comme aux non-étudiants, aux amateurs comme aux professionnels. Les dessinateurs de talent sont partout et possèdent parfois un parcours atypique.  Difficile de dire, pour le moment, qui sera accueilli, et dans quelle proportion : cela dépendra des dossiers et des candidatures. Cependant, ce choix ne nous interdit pas d’en faire une formation certifiante en un premier temps et diplômante au final, et ce dans un cadre européen.

Quant à ce qui en sera retiré… Nous avons coutume de dire, ici à l’ENSAD, que nos formations sont construites pour aller du connu vers l’inconnu. Nous cherchons avant tout à former des auteurs et nous sommes les premiers spectateurs – souvent bienheureux – de ce que nos étudiants nous proposent. Le premier épisode de ce projet s’est tenu en juillet dernier et a connu un réel succès. Rendez-vous à l’issue de cette nouvelle session, donc, pour vous donner de nouveaux éléments de réponse.

© DR

Le dessin de presse, pour reprendre l’expression de Plantu, « raconte ce qu’est devenue la liberté d’expression aujourd’hui ». Comment cette formation abordera-t-elle les nouveaux enjeux auxquels sont désormais confrontés les artistes-journalistes ?

La question de la liberté d’expression est au cœur de l’enseignement supérieur culturel et de l’ENSAD en particulier, quelle que soit la discipline concernée. Mais le dessin de presse est indubitablement aux premières lignes d’un véritable combat contre les préjugés, l’intolérance et le conformisme intellectuel. Pour cette raison, nous avons donc choisi de proposer chaque jour un atelier pratique animé par un dessinateur ou une dessinatrice de presse, membres de l’association internationale « Cartooning for Peace » créée et présidée par Jean Plantu, organisation qui s’attache à promouvoir le respect du pluralisme des cultures et des opinions. Certains ont vécu dans des pays où il leur était difficile d’exercer librement leur métier et n’hésitent pas à partager cette expérience auprès des élèves. Contourner les interdits tout en restant ferme sur ses convictions est un exercice délicat : cela se pratique et s’apprend.  Nous souhaitons, dans le cadre de cette formation, faire un tour des formes d’expressions possibles sur une question donnée, tout en ménageant un contexte de liberté.

 

Journée-type de la formation au dessin de presse

© DR

La formation « Dessin de presse / média international » aura lieu du 25 juin au 4 juillet 2018 à l’ENSAD, soit 8 journées au total. Au programme de celles-ci figureront :

  • Un cours théorique (droit, enjeux internationaux, statistiques, nouvelles écritures visuelles…) ;
  • Une conférence de rédaction, pour une véritable mise en condition des étudiants ;
  • Une session de travail sur le sujet du jour ;
  • Un atelier avec un dessinateur de presse ;
  • La publication des dessins réalisés par les étudiants sur un blog dédié.


Continuer à lire sur site d’origine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :