Marina Rollman, présente son premier stand-up à Aix

Sa voix est douce mais sa langue sacrément acérée ! Marina Rollman jouera vendredi et samedi au théâtre de la Fontaine d’argent son stand-up qu’elle a en toute modestie, intitulé Un spectacle drôle ! Inconnu au bataillon des humoristes, cette trentenaire ? Pas pour les auditeurs de France Inter, en tout cas, car la jeune femme intervient une fois par semaine dans l’émission « la Bande originale » de Nagui et Leïla Kaddour-Boudadi.

Au fil des chroniques, elle peut s’enflammer sur la violence qui se joue sur le web, de la « magie » de l’administration française quand il s’agit de quitter sa Suisse natale pour s’installer en France ; de ses mésaventures au club de fitness… Une écriture pointue, rythmée. Rencontre avec cette formidable auteur qui est loin d’avoir dit son dernier mot.

Comment le monde de l’humour est-il entré dans votre vie ?
Marina Rollman : 
J’étais drôle dans la vraie vie et je n’avais pas envie de travailler dans un bureau ! Plus sérieusement, j’écris depuis longtemps sur différents formats. À un moment les deux se sont ‘collusionnés’, si je puis dire. Écriture, humour, je me suis rendu compte que c’était un métier ! Et maintenant, ça fait cinq ans que j’en vis.

Quel a été le déclencheur ?
Marina Rollman : 
J’ai fait des scènes ouvertes, j’ai gagné un concours et six mois après, j’ai eu du travail à la radio. J’ai aussi fait une web-série suisse et ça s’est enchaîné. Et puis faire la première partie de Gad Elmaleh en 2014 à Paris et en 2015 à New York, c’était touchant. Et chouette aussi de se dire qu’on est coopté par un grand nom. J’ai fait aussi le Jamel comedy club, c’est chouette aussi parce que Ça fait partie du paysage culturel et humoristique de toute ma génération, ça nous a formés. Et puis enfin, être sur Inter, ça m’a estampillé vite respectable, c’est pas rien.

Comment décririez-vous votre spectacle ?
Marina Rollman : 
C’est mon vrai premier spectacle. J’ai commencé en septembre à Paris au théâtre du Marais et j’y suis jusqu’à la mi-juin et en même temps, je suis en tournée. Ce n’est pas autobiographique. Je parle peu de ma vie… C’est plutôt de la sociologie de comptoir. J’aime bien parler de grands phénomènes de société, des choses générationnelles. Et puis je crois avoir un humour qui n’est pas frontalement politique, acerbe ou ironique. C’est un ton joyeux, déconneur, malin. On en ressort plutôt guilleret.

Un humour plutôt rassembleur ou générationnel ?
Marina Rollman : 
Dans les dates que j’ai déjà faites, le public est mélangé. Dans les salles, il y a de tout et dans les auditeurs d’Inter, il y a de tout aussi. Cette radio, c’est un des biais de notoriété en France, en tout cas pour moi. Je déconseillerais plutôt le spectacle à des gens en dessous de 17 ans mais au-dessus, il n’y a pas de souci. Je parle d’expériences de vie et des ados pourraient décrocher quand je parle par exemple d’ennui au travail ou de rupture amoureuse…

Pourquoi le choix du stand-up ?
Marina Rollman :
Quand j’ai eu 19-20 ans, j’ai commencé à en regarder beaucoup. Ça a été un coup de foudre. L’Américaine Jerry Seinfeld est une référence. Chez les francophones, il y a Blanche Gardin qui est formidable. Je n’ai pas une formation de comédienne et en fait, quand je voyais des Français, bons comédiens, je pensais que ce n’était pas un métier pour moi. J’aime l’écriture à la base. Je ne suis pas une bête de scène. En voyant, le stand-up, c’était très décomplexant de voir des gens qui n’étaient pas forcément des tornades de charisme, ils montaient sur scène, lisaient leur texte avec un débit moins joué et moins flamboyant. Pour moi, c’était plus naturel d’aller vers ça. En même temps, je suis arrivée au bon moment, c’est une forme d’humour qui s’est démocratisée chez nous.

Un 2e spectacle déjà dans les tuyaux ? Du cinéma ?
Marina Rollman : 
Le prochain Star Wars, avec plaisir ! Sinon l’idéal serait d’écrire des séries, des films, une comédie musicale… Le deuxième spectacle sera pour 2020-2021. Je développe des idées mais d’ici là, je vais peut-être les intégrer au premier, histoire que je ne me lasse pas !

« Un spectacle drôle » de Marina Rollman
Vendredi 8 juin à 19h15 et samedi 9 juin à 18h et 19h15 au théâtre de la Fontaine d’argent
Réservations : 04 42 38 43 80

Continuer à lire sur site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :