Fuveau : ils inventent une valise qui recharge votre téléphone

Les clubs, qu’ils soient sportifs, culturels ou de loisirs participent à la vie d’un collège et permettent aux élèves de se réaliser au-delà du cadre scolaire. Le projet mené par une quinzaine d’élèves, de 4e et de 3e du collège Font d’Aurumy, encadrée par leur professeur de technologie, Philippe Ferri en est une preuve. Ce club a concrétisé le projet « Working Wheel » en partant du constat que la plupart des voyageurs sont, à un moment où un autre, en recherche d’un moyen pour recharger leur smartphone. Si dans la plupart des aéroports des prises sont mises à disposition pour donner le petit coup de pouce indispensable à une batterie asthénique, encore faut-il qu’elles soient disponibles ou en avoir le temps ! « C‘est un des élèves qui a vécu cette situation lors d’un voyage qui nous a proposé ce projet, trouver une solution qui permette d’être autonome, sourit Philippe Ferri, et nous nous sommes dit qu’il fallait imaginer un système pour que chaque voyageur puisse recharger sans contrainte son portable. Notre petit club est facultatif, sur la base du volontariat, mais les élèves ont très vite formé un groupe soudé autour de Working Wheel. Nous sommes partis du fait que la plupart des voyageurs disposent de valises à roulettes mais aussi de smartphones énergivores ! »

Éducation au développement durable

Valises, roulettes, énergie… L’idée se profile, le lien se fait et bingo, le projet prend corps « l’idée de mettre à contribution le déplacement de la valise pour recharger le smartphone s’est imposée. Nous avons acheté une valise à roulettes sur Leboncoin et avons commencé à développer le sujet« . Il s’agissait donc de récupérer le mouvement de la roulette, de convertir l’énergie mécanique en énergie électrique, d’ajuster cette énergie et de raccorder le smartphone. Simulations, essais, adaptation de la valise ont rythmé les ateliers suivants « ça nous a apporté des connaissances, une maîtrise de technologies différentes et ça a soudé le groupe » reconnaît Garance, une des élèves qui au départ, n’était pas franchement emballée par le projet « et qui, finalement, a été une des plus motivées par la suite, explique son professeur. j’ai bâti ce projet autour de trois objectifs développés dans le cadre de l’éducation au développement durable : l’égalité entre les sexes, l’énergie propre et d’un coût abordable, la consommation et la production responsables. Pour les élèves, Working Wheel a permis une mise en pratique des connaissances, la maîtrise de certaines formules et de certains sites technologiques, la gestion de projet et le travail en groupe« .

Le prototype sera exposé dans le collège pendant la semaine du développement durable. Le groupe a participé aux concours « C Génial et Faites de la Science » et cinq élèves ont choisi de le présenter en oral du Brevet des collèges.

Continuer à lire sur site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :