Corse : pour son premier jour de visite, Bruno Le Maire a l’écoute des agriculteurs

Bruno Le Maire a débuté sa visite en Corse ce lundi. Le ministre de l’Économie et des Finances s’est rendu au domaine Orenga de Gaffory à Patrimonio. Il y a notamment rencontré des acteurs du monde agricole, un secteur qu’il connaît bien puisqu’il a été le ministre de l’Agriculture de 2009 à 2012.

Avec les exploitants, il a été question des taux des prélèvements de la mutualité sociale agricole, trop élevés selon eux, ou encore des droits de succession sur la transmission des entreprises ou de l’interdiction du glyphosate. « Je suis revenu sur le glyphosate en lui montrant qu’à un moment donné, l’AOC Patrimonio pouvait aussi être un exemple pour le reste de la France voire de l’Europe en termes de future appellation totalement bio, notamment sur les vignes », explique Jean-Baptiste Arena, maire de Patrimonio.

Corse : pour son premier jour de visite, Bruno Le Maire a l’écoute des agriculteurs
Intervenants : Jean-Baptiste Arena, Maire de Patrimoniu ; Gilles Simeoni, Président du Conseil exécutif de Corse ; Nicolas Andrei
Directeur délégué du SITEC.
Reportage : Maia Graziani ; François-Albert Bernardi ; Julien Castelli.

Si Bruno Le Maire a écouté toutes les demandes et remarques, il a tenu à préciser : « Je ne proposerai pas de mesures concrètes au cours de ces déplacements. Je vais rester deux jours en Corse, c’est un plaisir et un honneur pour moi d’être accueilli par les Corses. Mais je pense qu’il faut d’abord écouter tout le monde, tous les acteurs de la vie économique […]. Je vais examiner toutes les propositions attentivement, y compris celles que me feront les élus, et ensuite nous prendrons des décisions. » Sur le plateau du Corsica Sera, le ministre a également affirmé que l’agriculture corse devait se positionner sur la production de produits de qualité avec des filières structurées. Et a reconnu que certains secteurs, comme celui des agrumes, affichaient actuellement une réelle réussite.

Aucun sujet tabou

En fin de matinée, dans les locaux de la collectivité de Corse, Bruno Le Maire s’est entretenu durant une heure avec Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse. Durant ces discussions Gilles Simeoni a abordé 10 points, parmi lesquels : l’autonomie fiscale, le soutien aux entreprises et les transports maritimes.

« Le ministre était à l’écoute. Il a démontré, y compris en affirmant sa disponibilité pour avancer vite sur des dossiers essentiels comme la zone fiscale prioritaire pour la montagne. Il a également dit qu’aucun sujet n’était tabou, y compris celui de l’autonomie fiscale », précise le président du conseil exécutif de Corse. Un positionnement confirmé par le ministre de l’Économie et des Finances lui-même. « Je suis favorable à tout ce qui pourra apporter de l’emploi », a-t-il assuré sur le plateau de France 3 Corse ViaStella, alors qu’il était interrogé sur la question.

30 à 40 millions d’euros pour la fibre optique 

Des locaux de la collectivité de Corse à ceux de la préfecture, Bruno Le Maire a fait quelques pas pour rejoindre les parlementaires et les entrepreneurs du numérique. Un secteur « très dynamique » et « très volontariste » selon le ministre.

Bilan de cette rencontre : 30 à 40 millions d’euros pourraient être investis dans le déploiement de la fibre. D’autres pistes de réflexion, seront étudiées avec pour objectif de structurer la filière. « Des moyens de rejoindre le continent par des fibres optiques qui soient peu coûteuses et optimisées d’un point de vue du service. Et structurer les entreprises avec, pourquoi pas, un lieu géographique dédié à ces entreprises en Corse », indique Nicolas Andrei, directeur délégué du SITEC.

La visite de Bruno Le Maire se poursuit demain, mardi, à Ajaccio.

La suite sur le site d’origine

, , ,
%d blogueurs aiment cette page :